Découvrez U|Slic

U|slic 1.1 se compose de douze chapitres. Chacun des chapitres comprend en moyenne douze paragraphes et cinq phrases par paragraphe. On compte en moyenne dix mots nouveaux par paragraphe. L’usager progresse phrase par phrase.

 

À la fin de son apprentissage, l’usager disposerait d’un vocabulaire d’environ deux à trois mille mots répartis dans des phrases diverses.

u|slic 1.1 screenshot

 

3 Étapes amusantes pour apprendre une nouvelle langue :

01 Apprendre par animation

  1. L'étudiant(e) choisit un texte dans sa langue maternelle et le système joue l'animation correspondante.
  2. Lorsque l'étudiant(e) est prêt, le texte apparaîtra dans la langue qu'il (elle) veut apprendre.
  3. À cette étape, l'étudiant(e) comprend le sens global du texte.

 

02 Apprendre par décomposition

  1. Le système sépare les phrases en propositions, syntagmes (groupes) et mots.
  2. L'étudiant prend alors connaissance du vocabulaire, la ponctuation et le contexte d'utilisation.
  3. L'étudiant(e) consolide son apprentissage par des exercices.
Les exercices peuvent-être des questions à choix multiples, de la reconnaissance lexicale, de la reconnaissance orthographique, de la reconstruction grammaticale, etc. À noter quele niveau de difficulté des exercices s'ajustera à la performace de l'étudiant(e). À cette étape, l'étudiant(e) apprend rigoureusement chaque partie du texte.

 

03 Apprendre par recomposition

  1. L'étudiant(e) compose des phrases à partir de mots, propositions et syntagmes (groupes)
  2. Le processus peut-être effectué vocalement, par écrit, par animation ou un hybride des trois options.
  3. L'étudiant(e) procède à des exercices approfondis qui lui assurerons une bonne maîtrise des connaissances acquises.


Un système d’évaluation progressif et cumulatif permet à l’usager de s’évaluer et d’apprécier l’étendue de ses connaissances. Il lui permet en même temps de savoir à quel niveau d’apprentissage il est arrivé. L’utilisation des animations comme contenu d’apprentissage vise à stimuler l’imagination des jeunes et à susciter l’émotion esthétique, c’est-à-dire l’émerveillement que cause le récit lui-même associé à la beauté des animations graphiques. C’est parce que c’est beau, que cela suscite l’émotion, que le récit prend du sens, favorise l’apprentissage et la communication.